Menu
2018 : année d’élections au Cameroun

Le Cameroun vient d’ouvrir son année électorale avec la convocation du collège électoral, en vue de l’élection des sénateurs. C’est ce qu’indique le décret signé par Paul Biya, le 7 février dernier.

L’article 1er du décret présidentiel dispose que : « les électeurs sénatoriaux sont convoqués au chef-lieu de chaque département, le dimanche 25 mars 2018, à l’effet de procéder à l’élection des sénateurs ». L’article 2, lui, précise que les bureaux de vote seront ouverts à 8h et fermés à 18h.

Au cours de l’année 2018, le Cameroun devrait vivre au moins quatre élections (présidentielles, sénatoriales, législatives et municipales). La Loi de Finances de l’exercice en cours a d’ailleurs prévu un budget de 50 milliards FCFA pour l’organisation matérielle de toutes ces consultations électorales prévues en 2018.

Le budget de la sénatoriale du 25 mars prochain n’a pas encore été communiqué, mais l’on se souvient que, dans le cadre de l’organisation de la dernière présidentielle, le 9 octobre 2011, un budget d’environ 21 milliards FCFA avait été élaboré et financé entièrement par les ressources propres de l’Etat du Cameroun.

Pour le double scrutin législatif et municipal du 30 septembre 2013, un budget de 12 milliards FCFA avait été débloqué par le Ministère des finances. Tous ces scrutins avaient coûté globalement un montant de 33 milliards FCFA au contribuable camerounais.

Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.
RDC : Kinshasa en lutte contre le réchauffement climatique
Mondial 2018 : le Maroc présente enfin son maillot !
RDC : l’hécatombe chez les expatriés, Ibenge s’explique
Algérie : Feghouli et M’Bolhi de retour ? C’est raté…
L’art de la séduction à l’orientale, avec le henné
Deux fonctionnaires de l’Ambassade d’Australie en Afrique du Sud accusés de corruption
Paul Kagame à l’Elysée : un rapprochement inacceptable sans transparence ni reconnaissance des responsabilités françaises
Algérie, Mauritanie : Bouteflika valide un 1er poste-frontière
Lutte contre les faux médicaments en Afrique francophone
Kagame, 35 M de vues par jour : tout savoir sur le deal Rwanda-Arsenal
Voir + d'infos