Menu
Mickey Mouse, l’islam et le milliardaire égyptien

Simple plaisanterie, maladresse ou liberté d’opinion ? Naguib Sawiris, le magnat égyptien des télécommunications, est au cœur d’une polémique pour avoir posté sur son compte twitter une image de Mickey barbu et de Minnie en niqab. L’homme d’affaire s’est excusé vendredi de ce qu’il estime être une « plaisanterie ». Trop tard, la boîte de pandore est ouverte et une « plainte pour insulte envers l’islam » a été lancée contre lui.

L’image dérange sur les berges du Nil. Naguib Sawiris, chrétien copte à la tête de la plus importante compagnie de télécommunications en Egypte, a publié il y a quelques jours sur son compte twitter un dessin de Mickey barbu et de Minnie en niqab. Les célèbres souris yankees de Walt Disney habillées en tenue islamique n’ont manifestement pas plu à nombre de musulmans, parmi lesquels les plus fervents. D’autant que l’image circulait depuis quelques semaines déjà avec la mention « voici l’avenir de l’Egypte », en référence à la visibilité accrue de groupes salafistes, une branche de l’Islam qui prône une pratique rigoureuse de la religion se rapprochant de celle des premières générations du prophète Mahomet.

Plusieurs avocats islamistes ont porté plainte contre le richissime homme d’affaire pour « insulte envers l’islam », rapporte Ahram online. Sur internet, de nombreuses pages ont été créées sur les réseaux sociaux appelant à boycotter la compagnie de téléphonie mobile du milliardaire, Mobinil. Lundi, les actions de Mobinil et d’Orascom, le conglomérat fondé par le patriarche de la famille, Osni Sawiris, ont chuté à la bourse égyptienne. Naguib Sawiris s’est pourtant excusé vendredi dernier sur son compte twitter et l’image a même été supprimée : « Je m’excuse auprès de toute personne qui ne prend pas cela pour une plaisanterie. Je pensais juste qu’il s’agissait d’une image drôle, sans être irrespectueux ! Assef (désolé) !! ».

Tensions intercommunautaires

Si pour certains internautes, créer une polémique autour de ces images est exagéré, d’autres estiment que ses excuses ne sont pas acceptables. « La voie est étroite entre exprimer votre opinion/liberté d’expression et manquer platement de respect », écrit l’une d’eux. Certains pensent que le moment pour poster ce type d’image est mal choisi. Lors d’une apparition à la télévision, Mazen el-Sersawi, un imam fondamentaliste s’est écrié : « Honte à vous », en référence à Naguib Sawiris. « Comment un homme de ce type peut-il plaisanter sur les musulmans dans un pays au bord de la discorde communautaire. Si c’est juste une plaisanterie, pourquoi ne représentez-vous pas Mickey en moine ou en religieuse ? ».

Plusieurs affrontements sanglants entre musulmans et coptes ont eu lieu ces derniers mois au Caire. Le 7 mai, de violentes altercations entre les deux communautés dans le quartier populaire d’Imbaba, à l’ouest de la capitale, ont fait 12 morts, plus de 200 blessés et presqu’autant d’arrestations. Les coptes représentent 6 à 10% de la population égyptienne. La minorité religieuse s’estime discriminée.

Des propos controversés

Le riche héritier de la prestigieuse famille Sawiris n’en est pas à sa première polémique sur l’islam. En 2007, il avait affirmé craindre l’influence grandissante des religieux ultras-conservateurs dans son pays, ainsi que le nombre croissant de femmes portant le voile islamique. Naguib Sawiris avait déclaré à un média local qu’il n’avait « rien contre le voile, car ce sera aller contre la liberté ce choix », mais avait « l’impression d’être à Téhéran, et [se] sentait comme étranger dans [son] propre pays ». Des propos qui lui avaient valu une fatwa (décret de condamnation religieuse) du cheik Youssef al-Badri.

Naguib Sawiris a des ambitions politiques. Il défend l’idée d’une Egypte laïque et a fondé « Egyptiens libres », un parti politique qui plaide en faveur de la séparation de l’Eglise et de l’ État, qui est loin d’arriver en tête des intentions de vote des Egyptiens aujourd’hui. Depuis le renversement d’Hosni Moubarak le 11 février dernier sous la pression populaire, les mouvements islamistes, interdits sous l’ancien régime, gagnent en popularité. Début juin, le Parti de la liberté et de la justice, issu des Frères musulmans égyptiens, a été légalisé. En signe d’ouverture, il a désigné le penseur copte Rafiq Habib vice-président. Mais la polémique provoquée par les images de Mickey Mouse, la souris américaine déguisée en islamiste, montre que le chemin vers l’apaisement communautaire promet d’être long et tortueux.

Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.
La pauvreté est-elle la destinée de la jeunesse africaine ?
Un livre évoque l’histoire du Leusden, navire négrier Hollandais
Karl Toko Ekambi remporte le Prix Foé 2018
Mondial 2018 : Salah, Elneny et El-Hadary dans la liste élargie de l’Egypte
Premier League : meilleur buteur, Salah finit avec 2 records
Premier League : meilleur buteur, Salah finit sur 2 records
CAN U20 : la CIV douchée, le tenant assure, Cameroun et Guinée en danger
Sénégal : A la découverte de Morfil, l’Ile aux ivoires
Cinq mythes à briser sur les cheveux noirs
Arsenal : comment Aubameyang peut toucher le jackpot
Voir + d'infos