Menu
Tension au Zimbabwe, les militaires entrent dans la capitale

Des soldats et des véhicules blindés ont traversés les faubourgs pour se rapprocher du centre d’Harare, la capitale du Zimbabwe. Alors que Mugabe vieillissant est confronté à un défi sans précédent pour préparer sa succession, les observateurs internationaux craignent un coup d’Etat.

Les véhicules blindés, la police militaire et les soldats des forces armées du Zimbabwe ont traversé les faubourgs de la capitale mardi à Harare, au lendemain de l’annonce du général Constantine Chiwenga,chef des forces armées, qui a déclaré qu’il était prêt à intervenir pour mettre fin à la purge des partisans du vice-président limogé Emmerson Mnangagwa. "Nous devons rappeler à ceux qui sont derrière les manigances perfides actuelles que, lorsqu’il s’agit de protéger notre révolution, les militaires n’hésiteront pas à intervenir.

"Les purges actuelles, qui ciblent clairement les membres du parti ayant des antécédents de libération, doivent cesser immédiatement", a déclaré Chiwenga dans un communiqué lu aux journalistes lors d’une conférence de presse remplie de hauts responsables, mais sans que le Président Mugabe ou sa femme ne réponde.

Des témoins de la ville ont signalé plusieurs camions pleins de militaires et au moins six véhicules blindés sur les routes approchant de la ville en fin d’après-midi, mais les habitants ont déclaré qu’il n’y avait aucun signe de troupes au centre de Harare, à l’aéroport, du président Robert Mugabe.

Une deuxième colonne d’une douzaine de véhicules a été signalée se déplaçant sur la même route plusieurs heures plus tard.

Les déploiements de véhicules militaires et de soldats ont amené beaucoup de gens à croire qu’un coup d’Etat était en cours contre Robert Mugabe, le seul dirigeant que le Zimbabwe ait connu en 37 ans d’indépendance. On ne sait toujours pas qui a ordonné le mouvement militaire, bien qu’il s’agisse d’un défi sans précédent lancé aux forces armées par le président âgé de 93 ans.

Le Zimbabwe a été plongé dans la crise la semaine dernière quand Mugabe a limogé Mnangagwa, un vétéran de 75 ans des guerres de libération du Zimbabwe.

L’ancien chef du renseignement et associé de longue date du président avait été considéré comme son successeur le plus probable, et il a un important soutien au sein de l’establishment des forces de sécurité du Zimbabwe.

La chute de Mnangagwa ouvre la voie à son principal rival, Grace Mugabe, âgée de 52 ans, l’épouse du Président. Des actes de violences se multiplient au Zimbabwe alors que la nation organise des élections l’année prochaine, qui pourrait voir une opposition unie chercher à mettre fin au règne de près de quatre décennies du président Robert Mugabe.

Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.
RDC : le gouvernement déterminé à financer les élections
RDC : la motion de défiance contre She Okitundu fait pschitt
CHAN 2018 : la Côte d’Ivoire épargnée, le Maroc un peu moins
Cameroun : Concours d’agrégation Cames 2017
Nathan Chikoto 1
Mondial 2018 : notre meilleur tirage et pire tirage pour les sélections africaines
La Côte d’Ivoire met en place un plan d’action pour soutenir le cacao et lutter contre la déforestation
L’Assemblée nationale de Yaoundé dévastée par les flammes
Burkina Faso : pour Duarte, le Sénégal c’est l’équipe de la FIFA !
COP23 : Sassou N’Guesso plaide pour la mobilisation des financements pour le fonds bleu
Voir + d'infos